SITUATION DE REFERENCE DE LA BIODIVERSITE DANS LES ZONES DE PEUPLEMENT EN TYPHA

09 sept. 2015
image

A propos

 

Le Typha, plante aquatique nuisible, est présent au Sénégal, dans la Vallée du Fleuve Sénégal depuis des siècles, mais sa prolifération actuelle après la construction des barrages est devenue inquiétante. En effet les dommages causés par cette plante dans la vie socio(économique globale des populations riveraines sont source de préoccupations. Ses impacts négatifs sur l’agriculture, la pêche, l’élevage, la santé des populations et sur la biodiversité sont néfastes.

La préoccupation, bien fondée il faut le souligner, provient du fait que le Typha continue à se propager et qu’il est difficile à combatre. Cela est du à ses modes de propagation, par reproduction et par multiplication, et qu’on ne lui connait pas encore d’ennemis naturels.

Prenant en compte tous ces aspects, la valorisation de cette plante a été envisagée et des résultats concluants ont été obtenus au Sénégal, dans la sous région et aussi en Occident.

Il semble alors nécessaire de faire le point concernant le Typha:

  • Connaitre la quantité réelle de sa biomasse ;
  • Faire un diagnostic des différentes variétés de Typha ;
  • Connaitre les différentes utilisations actuelles et possibles en prospective ;
  • Identifier ses impacts sur la biodiversité ;
  • Etudier les tendances de sa prolifération en tenant compte des usages et des objectifs de valorisation des différents projets qui veulent valoriser cette plante.

Cette étude, faite dans l’optique de son utilisation dans le bâtiment pour l’amélioration de l’efficience énergétique de nos constructions, est une contribution pour une meilleure appréhension de ce problème, lequel nécessite une réaction afin d’éviter le pire.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Sénégal 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe