Initiative d'appui au Caucus des Femmes Leaders pour la Parité

Contexte et Présentation de l'initiative


En 2012, le contexte politique était marqué par la tenue des élections présidentielles et législative qui se sont déroulées dans un climat très tendu caractérisé par un long processus pré-électoral entre fin 2011 et début 2012.

Auparavant, pendant la phase pré-électorale où existait un risque majeur de généralisation de la violence pouvant entrainer une crise politique et sociale et une déstabilisation des institutions, le PNUD a reçu mandat du Secrétaire Général des Nations Unies pour apporter un soutien au processus électoral par :

  • le renforcement des capacités des institutions de supervision et de régulation des élections, notamment la CENA, le CNRA;
  • l’appui aux organes publics de communication pour mieux les outiller pour la couverture médiatique du processus électoral ;
  • l’accompagnement de la Société civile, notamment des organisations de femmes,  pour un meilleur suivi du processus électoral en faveur de la paix.

Le combat pour l’égalité de droit et la participation équitable des hommes et des femmes à la construction du pays a été mené de manière soutenue par les associations de toutes obédiences, mais le rôle de la Société Civile a été déterminant.

Pour rappel, le 19 mai 2010, le Sénégal s’est doté d’une loi pour la parité dans les institutions totalement ou partiellement électives, obligeant ainsi les partis politiques au respect de cette mesure, faute d’irrecevabilité pour les listes de candidatures aux élections législatives.

Ainsi, le PNUD s’est beaucoup impliqué, durant les élections présidentielles et législatives pour parer aux violences et promouvoir une bonne représentativité des femmes au Parlement. A cet effet, le PNUD a accompagné le Caucus des Femmes Leaders pour la Parité, qui regroupe l’ensemble des partis politiques les plus représentatifs au Sénégal, à travers des formations innovatrices aux candidates aux élections législatives, ce qui leur a permis de mener une bonne campagne électorale.

 L’appui du PNUD d’un montant de 35,000$, au Caucus avait porté sur le renforcement de leurs capacités afin qu’elles puissent mener une bonne campagne électorale. A cet effet une équipe d’experts en communications, renforcée par l’expertise interne du PNUD a été mis à contribution. Aussi les candidates des 14 régions ont reçu une formation pratique sur :

  • l’identification des thèmes de campagnes, qui a aidé les candidates à mieux cibler les défis du moment que sont la pauvreté, la gouvernance, la santé, le chômage des jeunes, les violences faites aux femmes, les changements climatiques, etc ;
  • la définition de la stratégie de communication qui avait permis de conscientiser les candidates par rapport au comportement du Leader, son expression, son port vestimentaire, etc ;
  • le développement de l’argumentaire, qui avait porté sur les astuces et les directives pour guider les candidates dans la construction de messages pertinente et réceptives en direction des masses ;
  • les conseils pour la campagne électorale virtuelle : les candidates ont été dotées de tous les outils nécessaires et se sont exprimées face au public avec tout l’arsenal d’une campagne électorale en essayant d’articuler leur message, leur voix et leurs  gestes, ect…
  • les critiques : cette séance a permis aux candidates de faire d’abord leur autocritique, avant de recevoir celles de leurs consœurs, puis des experts en dernier lieu.

La situation pré-électorale ayant été particulièrement émaillée de violences, le PNUD a aussi appuyé la Plateforme de Veille des Femmes pour des élections apaisées dans le cadre d’un partenariat avec l’ONG Femme Africa Solidarité, qui réunit en son sein toutes les associations de femmes représentatives du Sénégal.

Avec l’appui du PNUD  d’un montant de 125,000$ et d’autres sponsors, FAS a mis en place la Plateforme de veille des Femmes pour des Elections sans violence. Les activités suivantes ont été menées :

  • l’Instance de médiation et de plaidoyer à travers le Groupe de Contact et la Plateforme de Veille, qui a reçu la visite de plusieurs personnalités et leaders de partis politiques dont le Président de la République M. Macky Sall, la Fille du Président sortant, Melle Sindiély Wade ;
  • le Groupe de pression mobile avec 200 femmes déployées dans le pays pour veiller à une Election du 2ème tour paisible et une meilleure implication des femmes rurales dans le vote ;
  • le Panel qui a permis aux femmes d’échanger sur leur volonté ferme d’unir leurs forces pour des élections paisibles, de renforcer leur solidarité en signant le Pagne du Serment ;
  • la Table Ronde des jeunes où ont été évoqués la nécessité d’améliorer les processus électoraux en Afrique, l’initiation à l’importance de la paix, des solutions pour la réduction du taux de chômage ;
  • la formation et le déploiement de journalistes moniteurs et des femmes observatrices ;
  • la conférence de presse après les résultats préliminaires présidée par Mme Binta Diop Présidente de FAS et Mme Bintou Djibo, Représentant Résident PNUD.
  • Un Site web.

A la suite des élections présidentielles, le pays s’est immédiatement engagé dans la précampagne pour les élections législatives prévues le 1er juillet 2012, qui seront-elles mêmes suivies par les élections sénatoriales en aout 2012.  

Résultats obtenus

Au final, le scrutin jugé transparent et démocratique par la communauté internationale a  traduit une avancée significative en matière de gouvernance politique, de renforcement des processus électoraux et de l’état de droit au Sénégal.

Ces élections ont conduit à l’avènement d’une nouvelle alternance politique,  le  25 Mars 2012, avec l’élection d’un nouveau Président de la République. Le scrutin a été jugé transparent et démocratique par les observateurs. Un nouveau gouvernement de 25 ministres a été composé le 04 avril 2012.

Cet appui du PNUD a contribué à des élections législatives sans violences et à l’accroissement des femmes députés à 65/150, plaçant ainsi le Sénégal à la 3ème place en Afrique, après le Rwanda et les Seychelles et à la 6ème place dans le monde.

Cette contribution financière et technique combinée, a renforcé la visibilité du PNUD et lui a permis de mettre en exergue son expertise en matière d’assistance électorale.

Depuis plusieurs pays d’Afrique (Mali, Guinée, Burkina, Mauritanie, Côte d’Ivoire, ect.) sont venus s’inspirer de l’expérience du Sénégal et plusieurs membres des Associations féminines appuyées ont été invitées à partager le cas du Sénégal dans les rencontres relatives aux élections.

Témoignages des députées élues



Grâce aux formations innovantes déroulées à travers l’accompagnement du PNUD et  notamment la construction des argumentaires, les femmes députées ont été mieux outillés et font systématiquement appel à des données et aux indicateurs pour étayer leurs analyses durant leurs intervention dans les sessions

La formation avait porté sur le comportement, et pour cette législature des  changements notables ont été notées, en ce qui concerne l’assiduité des femmes et leurs attitudes.

Elles ont également été nommées à des postes de responsabilités  au niveau de l’Assemblée Nationale.

Depuis l’avènement de la Parité, de plus en plus de femmes ont eu à occuper de hautes fonctions et sont à la tête:

  • la Primature
  • le Conseil Economique, Social et Environnemental
  • le Ministère de l’Energie
  • le Ministère de l’Elevage,
  • le Ministère de la Femme
  • la Direction Générale de la Police Nationale
  • L’Office Nationale de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC)

Il convient également de souligner l’adoption par l’Assemblée Nationale  et la promulgation par le Président de la République, le 28 juin 2013, de la loi sur la nationalité qui permet à la femme sénégalaise de transférer sa nationalité à son conjoint étranger et à son enfant.

Témoignage recueillis auprès de:

  • Aminta  GUEYE, Présidente Commission Sport et Education – Assemblée Nationale
  • Mme Awa GUEYE, 1ère Vice-Présidente   - Assemblée Nationale
  • Mme Awa NIANG, Questeur – Assemblée Nationale
Vue d'ensemble de l'initiative
Période
2011-2012
Budget
35,000$ : du PNUD pour le renforcement des capacités et 125,000$ du PNUD et d'autres sponsors pour la mise en place la Plateforme de veille des femmes