Préservation participative de la biodiversité et développement faiblement émissif en carbone d’Ecovillages pilotes

Objectifs du projet


Photo : PNUD

La plupart des villages ruraux du Sénégal sont extrêmement pauvres et luttent pour sortir du cycle de la pauvreté, de l’émigration des jeunes en quête d’une vie meilleure et de l’utilisation non durable des ressources naturelles et de l’énergie. Afin d’échapper à ce cycle, les communautés villageoises ont besoin de solutions qui leur permettent de développer et d’investir dans de nouvelles formes d’énergies renouvelables, d’utiliser l’énergie de façon plus efficace, d’améliorer leurs moyens de subsistance et de mener des activités génératrices de revenus fondées sur la gestion intégrée et durable des terres et des ressources naturelles dont elles disposent.

A cet effet, le projet Ecovillages mettra à l’essai des méthodes novatrices participatives de gestion des ressources naturelles, de conservation de la biodiversité et de développement des énergies renouvelables, associées à une réduction des émissions de carbone et à une augmentation de la séquestration du carbone. L’objectif est d’appuyer l’élaboration de modèles d’Ecovillages pilotes ; modèles qui répondent aux besoins des populations et qui soit bénéfique à l’échelle mondiale en termes de conservation de la biodiversité et de développement à faible intensité de carbone.

Ces modèles d’écovillages continueront d’être encouragés et seront incorporés dans la stratégie et le plan national d’actions des Ecovillages.

Principaux résultats attendus

  • l’élimination des effets catalyseurs des obstacles législatifs, institutionnels, en matière de gouvernance foncière et de capacitation;
  • la gestion pour la conservation et l’utilisation durable par les communautés des Ecovillages des ressources naturelles sur les 162 813 hectares de RNC ;
  • l’évitement cumulatif de 1000 tonnes /an d’émissions C02, à travers une utilisation accrue d’alternatives d’énergies renouvelables et efficientes ;
  • la séquestration de 92 280 t de CO2 dans les terroirs des Ecovillages , tout en assurant la permanence et en évitant les fuites.;
  • l’amélioration des moyens d’existences des populations à travers la promotion d’unités agricoles viables et d’infrastructures socioéconomiques adéquates.

Principaux résultats obtenus



Promotion de la bonne Gouvernance

Maitrise de la ligne de base des zones d’interventions du projet

  • situation de référence socio-économique de tous les villages du projet connus ;
  • élaboration participatif de plan de gestion et d’aménagement villageois dans tous les sites du projet ;
  • détermination du score METT (niveau de conservation de la biodiversité) de l’ensemble des réserves naturelles communautaires dans la zone d’emprise du projet ;
  • inventaires des espèces végétales de l’ensemble des réserves naturelles communautaires dans la zone d’emprise du projet ;
  • élaboration d’une stratégie nationale de transformation de villages en écovillages ;

Formation, information et sensibilisation

  • formation continu de plus de 200 acteurs (tant sur le plan local que national) actifs le long de la chaine de valeur des écovillages (aviculture, apiculture, reboisement, production de plants, boulangerie, gestion, maintenance électrique, construction de foyer banna ak souf, écogardes,etc.) ;
  • élaboration et mise en œuvre d’un plan de communication ;
  • organisation au moins de trois sessions de sensibilisation par an au niveau de chaque site ;
  • organisation de visites d’échanges et de partages d’expériences

Amélioration de la transparence des actions

  • organisation des populations en comité de gestion (eau, électricité, périmètre écologique, etc.) ;
  • élaboration et application d’un manuel de procédures techniques pour la contribution au financement endogène des activités ;
  • élaboration et mise ne application d’un code de conduite locale

Promotion d’un contrôle citoyen.

  • Appui  à la mise en place d’un système de suivi-évaluation participatif
  • Elaboration d’un rapport local de suivi trimestriel

Activités de soutien Gestion et à la conservation des ressources naturelles

  • Extension et ou création de nouveaux RNC sur une superficie de plus de 10 000 ha ;

Création de 10 périmètres écologiques sur une superficie de prés de 60 ha pour le maraichage  et l’arboriculture fruitière ;

  • Reboisement (création de bois villageois (au 1 ha /site) ; enrichissement des RNC, production de plants.10 km de haies vives, 2 000 plants de bambous, 10 ha de mangroves, etc.) ;
  • Promotion de la sylviculture (2 ha /site) pour le bois d’énergie, le bois d’œuvre, le bois de service et les fruits forestiers (anacarde, Jujubier Gola, etc.)
  • Promotion de l’arboriculture (introduction dans les ménages et en plein champ) ;
  • Introduction de l’arbre dans l’espace agraire (35 pied de KAds/ha)

Utilisation alternatives d’énergies dans les sites du projet

Energie d’éclairage :

  • Réalisation de 5 mini centrale énergétique au solaire ;
  • Promotion de l’utilisation d’équipements faiblement énergétivores (ampoules LED, TV, etc.)
  • Recensement des modèles d’électrification adaptés dans les sites isolées au Sénégal;
  • Promotion d’un partenariat public privé pour une durabilité de l’accessibilité des services énergétiques.

Energie de production

  • Introduction d’un moulin fonctionnant à l’énergie solaire ;
  • Introduction de pompe à exhaure solaire ( au moins une dans chaque site du  projet) ;
  • Promotion de la culture énergétique (culture du Jatropha ) pour une production d’au moins 10 000 litres d’huiles de Jatropha par site et par an ;
  • Introduction de presse à jatropha ;

Energie de cuisson

  • 1350 foyers améliorés métalliques introduits
  • 2200 foyers en banco construits (au moins un foyers par ménage dans la moitié des sites du projet) ;
  • 80 unités de bidigesteures réalisés

Amélioration de la, capacité de séquestration de carbone du sol

  • Introduction de 3 tonnes de biochars
  • Promotion de l’utilisation du bidigestat et du compost

Amélioration des moyens d’existences des populations

  • Promotion du maraichage sur une superficie cumulée de prés de 15 ha ;
  • Introduction de plateforme multifonctionnelle pour l’allégement des travaux des femmes ;
  • Introduction de 3 boulangeries ;
  • Financement de 7 micro-projets pour un montant cumulé de près de 20 millions F CFA ;
  • Introduction de coq raceurs, de ruches, d’alevins pour aquaculture ;
  • Mise à disposition de semences améliorées ;
  • Réalisation d’unités de conservations des produits agricoles ;
  • Introduction d’équipements pour la modernisation des systèmes de production ;
  • Réalisation de cuber case pour la réduction de la fracture numériques

Enjeux et perspectives du projet

  • Améliorer durablement  le niveau de compétence des acteurs actifs le long de la chaine de valeur des écovillages ;
  • Porter le taux de conservation de la biodiversité dans les sites du projet à au moins 12% du territoire ;
  • Faire de sorte à ce que 90% des populations dans la zone d’emprise du projet vivent au dessus du seuil de pauvreté ;
  • Tous les ménages utilisent un foyer amélioré pour la cuisson et ont accès durablement à l’énergie pour les besoins d’éclairage et de production.
  • 10 000 litres d’huile de Jatropha produites par an et par village ;
  • 1000 t de cO2 sont séquestrées annuellement dans chaque site du projet.

Bailleurs de fonds

Bailleur de fonds

Montant alloué

PNUD

$ 1, 350, 000  

FEM

$ 2, 880, 000

Gouvernement du Sénégal

$ 6, 000, 000

Cofinancement en nature

$ 5, 826 ,900  

Le projet en bref
Statut
Actif
Numéro
PIMS Number: 4313 ; Atlas Project number: 77029
Période
24 Octobre 2011 au 30 Septembre 2016
Budget
4,230,000 US$
Partenaires
Ministère de l’Environnement et du Développement Durable. Des accords ont été signés avec l’Ecole Nationale d’Economie Appliquée, l’Agence Nationale de Recherche Scientifique Appliquée, la Direction de la Recherche Technologique et la Direction de l’Hydraulique Rurale , la DPN (Direction Parcs Nationaux), l’Agence Nationale de l’aquaculture, l’Agence Sénégalaise de l’Electrification Rurale, l’Agence de la Grande Muraille Verte.
Bailleurs de fonds
PNUD, FEM
Localisation
Zone des Niayes, Réserves de faune du Ferlo, Réserve de Biosphère du Niokolo Koba et du Delta du Saloum ; Parc National des Oiseaux du Djoudj
Charge du Programme au PNUD
Adama LY