Les possibilités de réussite existent pour les victimes de mines


Mamady Gassama, victime de mines, assistant administratif - Credit photo : PNUD Senegal

Mamady GASSAMA, victime de mine, assistant administratif chez l’opérateur de déminage Norwegian People’s Aid, témoigne : « les possibilités de réussite existent pour chacune des victimes de mines, pourvu que l’accompagnement requis arrive au moment opportun».

 

Malgré les écueils liés à la condition de victime de mines (stigmatisation des autres, mobilité réduite, regard de compassion de la société, auto incrimination, perte de l’estime de soi), Mamady GASSAMA a su se frayer un chemin dans la vie.  Après de brillantes études, il fait aujourd’hui la fierté de l’opérateur de déminage Norwegian People’s Aid Sénégal où il occupe le poste d’assistant administratif.

 

« Mon passage à Norwegian People’s Aid (NPA) constitue une source d’épanouissement personnel en ce qu’elle me permet de maintenir le cap que je me suis toujours fixé : inscrire ma démarche dans la logique d’acquisition du savoir », confie Mamady.

 

Il s’estime heureux, comparé à certaines victimes de mines qui n’ont pas eu la chance de bénéficier, comme lui, du soutien constant de la famille. A ce sujet, il relève, avec beaucoup d’émotion, ce jour de 1998 où, hospitalisé à la suite de son accident par mine, il a dû se surpasser pour passer, avec brio, le concours d’entrée en 6eme dans une salle du Centre Hospitalier Régional de Ziguinchor. Cela n’a été possible qu’avec l’accompagnement de l’Inspection d’Académie de Ziguinchor, le suivi scolaire dont il a bénéficié, l’implication de son père qui a mis à contribution un répétiteur et le soutien de ses camarades de classe.

Cette douloureuse épreuve lui a permis d’avoir un mental de gagneur et de bâtir une personnalité hors du commun.

 

En 2005, il obtient son bac et s’inscrit à la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université Cheikh Anta DIOP de Dakar. Il quitte cette université après une année, une bourse en poche pour des études de médecine à Brighten Université de Ziguinchor. Il y valide les deux premières années avant d’être confronté aux incertitudes liées à une possible délocalisation de l’université à Dakar. 

 

Face à cette nouvelle donne qui contrarie tous ses plans, il se rabat sur l’Institut Supérieur de Management (ISM) de Ziguinchor où il s’inscrit à ses frais. Cette solution présente à ses yeux un intérêt majeur : la validation de compétences d’autant qu’il s’était déjà familiarisé avec la gestion de projets, à travers ses activités au sein de l’Association Sénégalaise des Victimes de Mines (ASVM).

 

Nanti d’un Diplôme Supérieur de Gestion obtenu en 2011 à l’ISM, il s’y inscrit en master de gestion de projet dont la soutenance est prévue en décembre 2013.

 

Ses premiers pas, au plan professionnel, ont lieu au sein de l’ONG Handicap International au sein de laquelle il effectue, en 2011, un stage qui lui donne l’occasion de faire une étude sur « l’évaluation de l’impact du déminage en Casamance ».

 

Son entrée à NPA se fait par le biais d’un contrat d’interprète (français-anglais) pour les besoins de la formation des démineurs de base. Il intègre par la suite cette structure en qualité d’assistant administratif.

 

Sur son avenir, Monsieur GASSAMA souligne :   « si les conditions s’y prêtent, je compte poursuivre mes études, peut-être obtenir un master en finances ».

 

Pour le reste, Mamady souligne son plein épanouissement au sein de la famille NPA. Il entend en faire profiter l’ASVM. A cette dernière qui lui a servi de tremplin,  il promet un retour d’expériences pour apporter sa contribution à l’action contre les mines au Sénégal et, par delà, à l’avènement d’une Casamance paisible, prospère et réconciliée avec elle-même.  

Publications
Sénégal - spécial déminage en Casamance

Les opérations de déminage sur le terrain sont effectuées par un operateur « l’ONG Handicap International «recrutée et supervisée par le Centre d’action anti mines en Casamance (CNAMS) avec l’appui technique et financier de l’Union Européenne et du PNUD .

Plan d’action national pour l’assistance aux victimes de mines (panav) (2010-2014)

Le Sénégal, Etat Partie à la Convention d’Ottawa, depuis son entrée en
vigueur, connait, dans ses régions méridionales, un sérieux problème de
contamination par mines et REG, consécutif au conflit interne qui y a prévalu.
Pour y faire face, le Sénégal a élaboré une Stratégie nationale d’Action
antimines et a mis en place les institutions chargées de la mettre en oeuvre.

Voir plus de publications