Nos partenaires

L’importance du partenariat se justifie par le fait qu’une seule organisation ne saurait seule réaliser les objectifs de développement. Dans la voie de l’atteinte des résultats escomptés du DSRP II/OMD de l’UNDAF et du Programme Pays du PNUD, le renforcement et la mise en œuvre d’une stratégie dynamique de partenariat est recherchée avec les services gouvernementaux, la société civile, les agences du SNU, les partenaires bilatéraux et multilatéraux et les entreprises privées de production et de services.

Les efforts de consolidation des partenariats  se traduisent par un alignement du programme pays avec le DSRP de seconde génération et les politiques et programmes y afférents (SCA, PNBG,  PNDL, Observatoire de la Pauvreté pour le suivi et évaluation, etc.).

Concernant l’harmonisation de l’Aide, le  PNUD co-préside avec la Banque Mondiale, le Forum des Partenaires au Développement. Le Forum se réunit environ deux fois par an et articule son dialogue autour des politiques et cadres stratégiques de développement et de lutte contre la pauvreté.  Différent sous-groupes à caractère sectoriels voire thématiques complètent l’architecture des plateformes de la coordination entre partenaire au développement. La Commission Européenne et le PNUD co-préside le sous-groupe sur la Casamance. Concernant la décentralisation et le développement local, le PNUD/ FENU préside le sous-groupe sur la décentralisation, co-présidé par l’agence de coopération allemande (GTZ). En matière d’appui au PNBG, le PNUD est membre du sous-groupe  “Justice”, présidé par la France. La Coopération Française, l’USAID, la Banque Mondiale et le PNUD jouent un rôle clé dans le sous-groupe « Finance publique et appui budgétaire », lequel groupe s’attache particulièrement à la réforme des finances publiques, à la gestion de l’appui budgétaire et au suivi de la Déclaration de Paris sur l’Efficacité de l’Aide. Le PNUD est membre du Réseau des Bailleurs de fonds pour le genre et le Groupe Thématique VIH/SIDA qui regroupent l’ensemble des agences du SNU ainsi que la plupart des Organismes de coopération représentés au Sénégal. Le PNUD par ailleurs préside le comité conjoint de restructuration de l’architecture des cadres de concertation –coordination des partenaires appelé à réformer le dispositif d’harmonisation et d’alignement des efforts de l’aide au développement. Le PNUD joue à cet égard, un rôle clé dans le renforcement du dialogue politique et d’appui à la coordination de l’aide notamment à l’occasion des préparatifs du Groupe consultatif 2007 et des Tables rondes thématiques et sectorielles.

Au fil des années un certain nombre de partenariats se sont forgés en appui à la mise en œuvre du portefeuille de projets du Programme pays. Ainsi, les initiatives relatives à la réduction de la pauvreté, au renforcement des capacités productives, à l’augmentation des revenues des groupes vulnérables, à l’accès aux services énergétiques et de développement économique local sont fondées sur un partenariat avec les services gouvernementaux, le Grand Duché du Luxembourg, la coopération espagnole, la Gates Foundation, le secteur privé et les ONGs (partenaires de réalisation). Les partenariats avec le Grand Duché de Luxembourg et avec l’Espagne sont fondés sur des modèles novateurs qui visent à : l’harmonisation des cycles et concentration géographique des actions, offrant une opportunité de programmation sur un pas de temps conséquent et qui participent d’une volonté d’appui  à la réforme du Système des Nations Unies par l’encouragement à une programmation conjointe. Pour les produits relatifs à la durabilité des moyens d’existence et la protection de l’environnement, les principaux partenaires sont: les PAYS-BAS, le Fonds Mondial de L’Environnement (FEM), les Organisations Communautaires de Base, Le Centre de Suivi Ecologique-CSE, et les ONGs (partenaires de réalisation). Par ailleurs, des partenariats dynamiques existent avec  l’Earth Institute à Columbia University, le secteur privé (e.g. General Electrics), dans le cadre du Projet des Villages du Millénaire.

Le programme vise également à renforcer le cadre de concertation entre les partenaires au développement dans la mise en œuvre du programme de relance des activités économiques et sociales en Casamance (PRAESC) par l’Agence Nationale pour la Relance des Activités Economiques et Sociales en Casamance (ANRAC). Dans le cadre du Programme d’Appui à la Lutte Anti- Mines en Casamance (PALAC), des partenariats ont été noués avec la Commission Européenne, la France, la Belgique, et la République de Corée en vue de renforcer la capacité nationale de coordination et de mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre les mines.