Ce demi million de francs qui a tout changé pour les femmes de Dahra


Grâce à l'appui du PNUd, leur unité de transformation de fruits forestiers est devenue plus compétitive.

Leur association battait de l’aile à ses débuts. Grâce à un financement du Programme des Nations Unies pour le développement à travers le Projet d’appui au développement économique local (Padel),  les femmes de Dahra regroupées au sein de l’association « Bokh  And Djeef » ont retrouvé le sourire. Leur unité de transformation de fruits forestiers est devenue plus compétitive.

 

Le 16 février 2013, l’association « Bokh  And Djeef » a bénéficié d’un financement de 500.000 F Cfa pour la mise en place d’une unité de transformation de fruits forestiers. Ce financement provient du PNUD dans le cadre de son Projet d’appui au développement économique local (Padel). Le délai de remboursement est de 09 mois avec un différé de 02 mois. Il a permis d’achever la construction de l’unique pièce qui sert à la fois de salle de transformation et de commercialisation, d’acquérir de nouveaux équipements et de renflouer leur fonds de roulement pour s’approvisionner en matières premières.

 

« Bokh  And Djeef » est une association créée en 2010 à Dahra, une ville située à quelque 280 kilomètres au Nord-est de Dakar. Elle regroupe des jeunes femmes dynamiques œuvrant dans la promotion du développement économique et la lutte contre la pauvreté. Sa présidente, Mme Awa Niang, déclare : « l’activité est plus que rentable mais, pour le moment, nous nous serrons la ceinture pour espérer rembourser à temps le crédit et voler de nos propres ailes ».  Aujourd’hui, l’unité de transformation se développe petit à petit, les femmes sont davantage motivées, la clientèle augmente,  de même que les chiffres d’affaires quotidien et périodiques. Les revenus journaliers passent de 3.000 à 7.000 FCfa pour les jours ordinaires et de 20 000 à 30 000 FCfa pour les jours de marchés hebdomadaires.

 

Les membres de l’association ont bénéficié, en 2011, d’une session de formation sur les techniques de transformation des fruits forestiers organisée par l’Institut de technologie alimentaire (Ita). Cependant, les débuts de cette association ont été difficiles. Elle avait des capacités financières limitées. Cela avait poussé les membres à développer des stratégies pour trouver des fonds. C’est ainsi qu’en mai 2012, l’association s’est rapprochée de la Maison du développement local (Mdl), un démembrement du PADEL  dans le département de Linguère. Selon Awa Niang, grâce à ce soutien, l’association est maintenant plus dynamique et enregistre de nouvelles adhésions. Le nombre de ses adhérentes est passé de 30 à 35.