Droits de l’Homme et VIH : l’indispensable dialogue

20 oct. 2017

Débats animés lors de la concertaion nationale sur les problématiques VIH et les violations de Droits de l'Homme le 12 octobre à Dakar. Crédit photo: PNUD Sénégal / Aude Rossignol / 2017

Au Sénégal, selon les chiffres de l’ONUSIDA, plus de 41 000 personnes vivent avec le VIH. Le profil de l’épidémie de VIH est de type concentré, avec une prévalence basse dans la population générale (0,4% en 2016 selon ONUSIDA) et élevée dans les populations clés les plus exposées au risque du VIH. Qui sont les populations les plus à risque ? Les professionnel(le)s du sexe, les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes, les consommateurs de drogues et les personnes emprisonnées. Ainsi les statistiques rapportent une prévalence VIH de 6,6% au niveau des Professionnel(le)s du sexe (PS) en 2016 ; de 41,9% au niveau des hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (HSH) en 2014 et une prévalence VIH de 10,2% chez les Consommateurs de drogues (Enquête auprès des CDI 2011).

Ces populations les plus exposées sont particulièrement fragiles face au VIH et subissent de nombreuses discriminations qui rendent plus difficile encore leur combat contre la maladie.

Malgré l’existence d’intervention spécifiques envers ces cibles, en termes de qualité, de couverture et d’efficience, ces interventions sont sujettes à caution. En effet, l’environnement juridique qui pénalise les rapports sexuels entre personnes du même sexe, jugés « contre-nature » et le niveau très élevé de stigmatisation et de discrimination des populations clés... Ceci en dépit d’une longue tradition de tolérance culturelle et religieuse. Fort de ce constat, le PNUD a renforcé son travail avec les autorités de l’Etat, les organisations de la société civile, les institutions nationales des droits de l'homme. Objectif :  favoriser une plus grande intégration des populations clés dans les programmes et protéger leurs droits fondamentaux.

Lutte contre le VIH : les interventions du PNUD Sénégal

En qualité de partenaire du développement et Co-parrain de l’ONUSIDA, le PNUD aide le Sénégal à maintenir le VIH au centre des stratégies nationales de développement. La question du VIH SIDA est plus qu’une problématique de santé publique, elle est devenue une question de développement et doit faire l’objet d’un dialogue permanent entre les acteurs clés de l’Etat et de la société civile.

Dans cette perspective, deux activités importantes viennent de se tenir en octobre à Dakar : la concertation nationale sur les problématiques VIH et les violations des droits de l’Homme. Cette rencontre a permis de définir des stratégies et pistes de réflexion pour surmonter les barrières légales et sociales quant à l’accès aux services de santé et aux services juridiques.

Cette rencontre a été précédée d’un dialogue communautaire sur les questions liées au VIH et questions de Droits de l’Homme qui a permis d’offrir un cadre d’expressions et d’échanges aux associations identitaires par rapport aux défis liés à la stigma – Discrimination, aux obstacles structurels à l’accès à la justice, aux questions d’autonomisation et de responsabilisation.

Par ailleurs en 2016, le PNUD a appuyé l’élargissement du groupe africain d’experts sur les populations clés. Pour le Sénégal, les membres ont été soutenus en ce qui concerne le leadership pour la mise en oeuvre de travaux de recherches et d’analyses. Le PNUD a encouragé et soutenu la mise en place d’un groupe de travail VIH et Droits Humains composés essentiellement d’experts pour discuter et valider des activités et programmes mis en oeuvre. Les ministères impliqués dans la riposte au VIH et les Droits Humains ont été impliqués à travers des réunions bilatérales régulières avec les points focaux des ministères de la Justice, de l’Intérieur, de la Santé, de la femme et de la famille. Une consultation nationale des organisations de la société civile a eu lieu sur les problèmes d’accès aux soins de santé des populations clés. A cet effet, le PNUD a mobilisé le gouvernement, la société civile et des activistes transgenres pour le développement d’un plan d’action national pour la prise en compte de cette communauté à travers les plans stratégiques nationaux et programmes locaux de prise en charge.

Dans les mois avenir, le PNUD Sénégal concentrera ses efforts contre le VIH à travers l’élaboration d’un rapport national sur la situation des personnes d’orientation sexuelle et d’identité de genre au Sénégal, mais aussi et surtout sur le renforcement de l’engagement des parties nationales dans l’élaboration et la prise en compte des groupes vulnérables à travers les programmes de Santé.

 

A propos du mandat du PNUD dans la lutte contre le VIH dans le monde

 

Un des principaux objectifs des activités du PNUD en matière de VIH/SIDA consiste à apporter un soutien aux pays pour leur permettre de renforcer et d'élargir leur capacité à faire face aux retombées de l'épidémie sur leur développement. Ces activités tendent principalement à définir, au niveau des politiques comme des programmes, des ripostes efficaces et durables à l'encontre des retombées sociales et économiques de l'épidémie

Par ailleurs, en partenariat avec de nombreuses autres organisations, le PNUD soutien des initiatives qui accélèrent la mobilisation communautaire et nationale, fournissent un cadre permettant de trouver des réponses aux questions d'ordre éthique, juridique et de droit humanitaire qui se posent, reconnaissent l'importance des questions de sexospécificité, donnent aux gens la possibilité de prendre en main leur propre bien-être. 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Sénégal 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe