Journée Internationale des Volontaires : les volontaires face au changement climatique

5 déc. 2017

Au Sénégal, les Volontaires ont été à l’honneur durant le mois de décembre 2017. En effet, la Journée internationale des volontaires (JIV) était le point d’orgue de la Semaine nationale du Volontariat (SNV), instituée au Sénégal depuis 2006 pour démontrer toute la reconnaissance du pays à la contribution des volontaires à l’effort national.

En collaboration avec la commune de Yoff et en partenariat avec l’Association pour la Promotion Économique, Culturelle et Sociale de Yoff (APECSY), le Comité National de Coordination et de Promotion du Volontariat (CNCPV) a organisé la célébration de la semaine nationale du volontariat et de la Journée Internationale des Volontaires, marquée par plusieurs activités, en ligne et sur le terrain avec la communauté. Le CNCPV, en tant que cadre de coordination et d’échanges, rassemble les organisations de volontariat autour d’une ambition forte et partagée de promouvoir et faciliter le développement du volontariat au Sénégal.

Au Sénégal, l’édition 2017 de ce grand moment de mobilisation de la famille des volontaires été placée sous le sceau de l’engagement des volontaires face au changement climatique, en droite ligne avec le thème retenu par les Nations Unies cette année : « les Volontaires : premiers présents face aux crises ».

Dès le 18 novembre 2017, la célébration a commencé par la campagne en ligne sur le thème : Les Volontaires : Premier à Agir. Ici. Partout. Cette campagne mondiale rappelle aux acteurs de développements, aux utilisateurs des réseaux sociaux que les volontaires jouent un rôle essentiel en temps de crise partout, et cela malgré les risques en matière de sécurité auxquels ils sont confrontés.

Le 4 décembre 2017, une conférence de presse a été tenue à la commune de Yoff pour sensibiliser les médias et les rappeler les contributions la nécessité de sensibiliser les uns et les autres à s’engager dans le volontariat et ne pas toujours attendre ce que le Gouvernement peut apporter pour leur développement. Une caravane de sensibilisation sur la préservation du littoral a sillonné les rues de la commune de Yoff, et les volontaires ont procédé au nettoyage d’un périmètre de la plage de Yoff. L’objectif était de contribuer à la sensibilisation des populations locales, des associations, des Organisations de la Société Civile (OSC), des acteurs politiques ainsi que des autorités institutionnelles locales, régionales et nationales, sur le rôle des volontaires dans la définition et la mise en œuvre de solutions pour faire face aux crises causées par le changement climatique au Sénégal.

Le 5 décembre 2017, la cérémonie officielle s’est tenue à Yoff, en présence de plusieurs dignitaires religieux de la commune de Yoff et plusieurs officiels et invités, dont le Représentant du Ministre d’Etat – Secrétaire Général auprès de la présidence de la république, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Sénégal, le représentant de l’Ambassadeur de France, la Directrice du Peace Corps, la Coopération Coréenne et la Coopération japonaise, et plusieurs associations de volontaires. La cérémonie a été marquée par les messages forts des allocutions, mais également par des représentations théâtrales et destinées à sensibiliser sur le changement climatique et la préservation de la planète. Des prestations culturelles ont rappelé l’importance de l’histoire de la commune de Yoff et la nécessité de sauvegarder ce patrimoine.

Le Coordonnateur Résident du SNU, Madame Priya Gajraj a noté dans son discours l’importance de la contribution des volontaires aux objectifs de développement durable. Le Gouvernement du Sénégal a pour sa part noté sa reconnaissance de la place du volontariat qu’il a été décidé qu’à partir de 2018, le Sénégal sortira régulièrement un rapport sur le volontariat.

L’exposition de stands des divers programmes et associations de Volontaires au Sénégal a été très appréciée par les nombreux officiels, invités, et les habitants de la commune de Yoff et aux alentours. Enfin, une activité de don de sang, organisé par l'Association nationale des donneurs bénévoles de sang (ANDOBES) était inscrite au programme, pour rappeler une fois de plus la disponibilité des volontaires à soutenir autrui.  

En marge de ces activités institutionnelles et culturelles, Luc Malou, un expert du Ministère en charge de l’environnement a donné une conférence sur le changement climatique thème principal de la célébration pour le Sénégal. Après cela, un mini-atelier d’échanges autour du résultat de recherches menées pour alimenter le ‘Rapport sur la situation du volontariat dans le monde’, dont le lancement officiel aura lieu le 5 décembre 2018, a eu lieu. Cet atelier a rassemblé une quinzaine de personnes (autorités locales, autorité gouvernementale, citoyens, volontaires), qui ont produit de fortes recommandations à l’issue des travaux.

Le choix du thème retenu par le Sénégal pour la célébration se justifie par le fait qu’en Afrique, comme dans le monde, le changement climatique et la dégradation de l’écosystème, est à l’origine de nombreux phénomènes néfastes aux conditions de vie des populations, dont la désertification, le manque de ressources en eau et l’épuisement des stocks de poisson.

À l’occasion de la 21ème Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP21) organisée à Paris en septembre 2015, plusieurs pays africains dont le Sénégal, se sont engagés pour que ces problématiques soient prises activement en charge dans le cadre des négociations internationales sur le climat.

Sur le terrain, le Sénégal met actuellement en œuvre de nombreux projets d’adaptation au changement climatique. Avec l’appui du PNUD et du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), le Gouvernement s’efforce d’améliorer la prévention et la gestion des inondations en installant des structures de drainage d’urgence dans les zones inondables. Une de ces mesures consiste à construire des étangs pour stocker le surplus d’eau.

Le Sénégal est également l’un des rares pays à avoir élaboré un plan national d’adaptation au changement climatique spécifique pour la pêche, notamment avec l’aide d’un programme d’adaptation global mis en œuvre par le PNUD et le PNUE, et financé par le Fonds Vert pour le Climat.

Pour les populations de nombreux pays en développement qui subiront le plus lourd fardeau du changement climatique, l’Accord de Paris ouvre de nouvelles perspectives, plus particulièrement en termes de financements et de renforcement de capacités pour un développement durable et plus résilient. Quand on sait qu’une personne sur dix-neuf dans les pays en développement risque de ressentir l'impact du changement climatique, contre seulement une personne sur 1500 dans les 30 pays les plus industrialisés, on mesure l’impact disproportionné que ce phénomène peut avoir sur les populations vulnérables si des mesures urgentes ne sont pas prises.

Des secteurs tels que l’agriculture, la sylviculture, l’énergie et le tourisme sont particulièrement menacés car ils dépendent fortement des températures et des précipitations. Les effets du changement climatique touchent à la fois l’accès à l’eau, les infrastructures, la santé et la sécurité.

Au Sénégal, nombre de volontaires interviennent pour apporter des solutions dans ces secteurs affectés par le changement climatique.

 

  • Pour plus d’information :
    Marie Sandra Lennon, Chargée du programme VNU - Sénégal - marie.lennon@one.un.org

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Sénégal 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe