Inauguration du Centre d’Interprétation du village communautaire de Bandafassi

16 avr. 2014

imageVillage communautaire de Bandafassi

Allocution de Madame F. Bintou DJIBO - Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies  Et Représentant Résident du PNUD

Excellence, Monsieur le Président de la République
Madame le Premier Ministre
Excellence, Madame l’Ambassadeur d’Espagne
Mesdames et Messieurs les Ministres
Honorables Membres du Parlement
Monsieur le Gouverneur de la Région de Kédougou,
Madame la Directrice du BREDA
Mesdames et Messieurs, les chefs d’agence et représentants des agences du Système des Nations Unies,
Monsieur le Président du Conseil rural,
Mesdames et Messieurs, les membres des conseils ruraux de Bandafassi,
Mesdames et Messieurs, les directeurs, chefs de services et représentants des ministères techniques impliqués dans ce projet,
Mesdames, Messieurs les acteurs de la culture, du tourisme, de l’environnement, de l’artisanat et de l’économie locale,
Populations de la Région de Kédougou,
Mesdames, Messieurs, honorables invités,

Je voudrais tout d’abord exprimer, au nom du système des Nations Unies nos remerciements au Chef de l’Etat, pour avoir bien voulu accepté de présider l’inauguration du centre d’interprétation du village communautaire de Bandafassi en marge du conseil des ministres décentralisé dans la région de Kédougou. Votre présence, Monsieur le président, rehausse la cérémonie qui nous réunit et confirme encore une fois toute l’importance que vous accordez à la culture et au développement.
Permettez-moi également de remercier les partenaires techniques et financiers ; et notamment le royaume d’Espagne qui a bien voulu accompagner le système des Nations Unies, dans la réalisation de ce centre, en appui à la mise en œuvre de la nouvelle vision de "Territorialisation de la Politique Nationale de Développement de la Culture”. Cette politique qui vise d’une part à identifier et à promouvoir la diversité culturelle de chaque région, à organiser des pôles de performances avec les acteurs culturels avec l’érection des Maisons de la Culture et des Arts (MCA) ; et d’autre part à contribuer à l’aménagement culturel du pays et à la valorisation des cultures de terroir, leviers du développement local.
Je saisis également l’opportunité qui m’est offerte pour féliciter le Ministre de la Culture pour son engagement, le Directeur du Patrimoine culturel, et l’ensemble de son équipe qui ont travaillé sans relâche à la réalisation de ce centre. Mes remerciements vont également aux autorités administratives et locales, je veux citer le sous-préfet de Bandafassi, les services étatiques décentralisés, les populations ; pour l’esprit de partenariat, de partage et d’engagement dont ils ont fait preuve durant tout le processus.

Monsieur le Président ;
La réalisation de cette infrastructure polyvalente avec ses modules articulés entre la culture, le tourisme, la communication et l’artisanat est, un instrument de développement inédit, une mise en œuvre originale et pragmatique de la grappe tourisme, Industries, Culture, et de l’artisanat (TICA),
En effet, la décision du gouvernement du Sénégal d’inscrire le Pays Bassari au patrimoine mondial de l’humanité et de faire des paysages culturels une opportunité de développement a trouvé un échos particulièrement favorable auprès de la communauté internationale de plus en plus consciente du rôle déterminant que doit jouer la culture dans la mise en œuvre des politiques de développement.
C’est dans ce contexte que le projet a bénéficié du financement du royaume d’Espagne à travers le programme « Culture et développement ». Le centre que nous inaugurons aujourd’hui est le fruit d’un partenariat dynamique entre les agences du système des Nations-Unies, notamment le FNUAP, le PNUD, l’UNESCO, l’ONUDI, l’OMT et le Ministère de la Culture et du patrimoine, particulièrement la direction du patrimoine culturel, porteur du projet ainsi que les autres directions techniques nationales impliquées dans sa mise en œuvre à savoir, les directions de l’Environnement, des Parcs nationaux, de l’Artisanat et du tourisme.
Distingues invites,
Je voudrais a ce stade, me réjouir, de ce partenariat, qui a permis de mettre en synergie des compétences variées, la réalisation d’enquêtes de terrain ainsi que la mise au point de programmes de formation à l’attention des populations locales. Ce renforcement des capacités a permis la mise au point d’un plaidoyer concluant pour illustrer la Valeur universelle exceptionnelle des paysages culturels du Pays Bassari.

Excellence Monsieur le Président ;
Les populations de cette belle région à savoir les Bassari, les Bedik, les Peul, les Coniagui, et les Diallonké ont développé un fonds culturel exceptionnel tourné vers la célébration de la nature et de la vie. Les thèmes récurrents des agendas culturels gravitent autour de l’initiation, du mariage, de la naissance, de la mort, mais aussi des semailles, de la moisson et des rites de fécondité et de fertilité. En somme, le pays Bassari est un condensé de patrimoines riche et diversifié qui renforce toutes les dimensions sociales de l’être humain.. Cette harmonie sociale leur a permis de survivre aux guerres et aux traques dont elles ont été victimes pendant des siècles, et garantit la conservation de leurs traditions culturelles encore très vivaces comme nous pouvons nous en rendre compte.

C’est pourquoi, le royaume d’Espagne et le système des Nations Unies ont accompagné le gouvernement pour impulser une dynamique de développement local durable dans le Pays Bassari autour de Salémata, Dindéfélo et de Bandafassi et dans le Delta Saloum (Toubacouta).
La réalisation du centre de Bandafassi après celui de Toubacouta en 2013, vient parachever un processus qui devrait permettre l’inscription du Delta du Saloum et du Paysage culturel Bassari sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Ces aménagements infrastructurels devraient impulser un véritable pôle de développement à partir des ressources du patrimoine. Celui de Bandafassi comprend plusieurs modules dont l’intégration sera la clé de voûte du succès.

Il s’agit :

  • d’un espace d’interprétation : Musée associé aux concessions traditionnelles des cinq ethnies : Bassari, Bedik, Peul, Coniagui, Diallonké.
  • d’un espace touristique un Bar-restaurant entièrement équipé,
  • d’un espace multimédia compose d’une Radio communautaire, d’une Salle de Conférence
  • et enfin d’Un espace administratif qui intègre un espace modulable pour des expositions temporaires ou une foire locale.

Distingues invités,
Il s’agit également de magnifier la synergie de l’ensemble des acteurs autour de ce projet notamment les collectivités locales, les organisations non gouvernementales, le secteur privé local, les populations et les principaux bénéficiaires et partenaires du projet présents dans la région de Kédougou.
Populations de la région :
Votre rôle demeure primordial dans la pérennisation de ce joyau. Il nous faut à présent pérenniser ce joyau. Le Comité de sauvegarde chargé de veiller sur la totalité du Pays Bassari sera installé après cette cérémonie. Quant au Comité de gestion de cette infrastructure il a déjà fait l’objet de très nombreuses réflexions par les différentes parties prenantes.
J’exhorte l’ensemble des acteurs à privilégier le partenariat public privé en vue de mieux valoriser ce centre d’interprétation.
Permettez-moi Monsieur le Président de la République, en mon nom personnel et au nom de l’ensemble du Système des Nations Unies ; de réitérer nos félicitations au Sénégal pour la réussite exceptionnelle de ce projet et que vive le Pays Bassari, patrimoine universel de l’humanité.

Je vous remercie de votre aimable attention