Célébration de la Journée des Nations Unies

24 oct. 2014

Allocution de Madame F. Bintou DJIBO
Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies
et Représentant Résident du PNUD

THEME :
Le Partenariat pour le développement durable et inclusif

Excellence, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’extérieur,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions,

Honorables Parlementaires et Elus locaux,

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de mission diplomatiques et consulaires,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales, de Coopération bilatérale et multilatérale,

Mesdames et Messieurs les Directeurs Régionaux et Chefs d’Agence du Système des Nations Unies,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations de la Société civile et du Secteur privé,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs de bonne volonté et Artistes – compositeurs,

Mesdames et Messieurs les Directeurs, Coordonnateurs et Chefs de service,

Mesdames et Messieurs les Directeurs et Responsables d’organes de presse,

Chers collègues du Système des Nations Unies,
Distingues invites – Mesdames – Messieurs


Excellence Monsieur le Ministre,

Je voudrais, à l’entame de mon propos, vous remercier, en mon nom personnel et au nom de l’ensemble des Chefs d’agences du Système des Nations Unies au Sénégal, d’avoir bien voulu parrainer la célébration de la journée du 24 octobre dédiée aux Nations Unies. Votre présence parmi nous pour célébrer le soixante neuvième (69ième) anniversaire de la création de l’ONU, magnifie les relations privilégiées qui lient le système des Nations Unies et le Senegal.

Permettez-moi de saisir cette opportunité pour féliciter le gouvernement du Sénégal dans sa quête de bâtir un Senegal émergent afin de préserver la paix et la stabilité. Le choix porté sur le Senegal pour abriter le sommet de la Francophonie constitue sans nul doute une consécration pour son leadership.

Je voudrais également rendre un hommage mérité aux casques bleus sénégalais pour leur engagement dans les opérations de maintien de paix, contribuant ainsi à la recherche de la paix dans le monde et notamment au Mali, au Darfour, en Côte d’ivoire et en RDC. Je saisis cette opportunité pour renouveler nos condoléances au Sénégal et à la famille du défunt sergent M. Birane Wane, tombé à Kidal, le mardi 7 octobre, au cours d’une attaque menée par des djihadistes contre un contingent de la Minusma.

Monsieur le Ministre ;
La journée des Nations Unies est non seulement un temps fort de réflexion, mais également une opportunité pour reconnaître les efforts consentis par le personnel des Nations Unies dans la croisade contre la pauvreté. En cette journée de commémoration, permettez-moi d’adresser mes félicitations aux chefs d’agences ici présents et à l’ensemble des fonctionnaires pour leur engagement et leur détermination, au service du peuple sénégalais, et parfois au détriment de leur vie de famille.

Mesdames et Messieurs ;
La célébration de la journée des Nations Unies 2014 intervient dans un contexte socio-économique sous régional complexe. En effet, a un an de la date fixée pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement, notre région traverse une crise, caractérisée par une propagation sans précédent de l’épidémie hémorragique à fièvre « EBOLA ». A cette situation, s’ajoutent les défis d’instabilité liée à la persistance des conflits armés, aux défis de la pauvreté – de la croissance démographique et des changements climatiques. Le contexte est également caractérisé par la jeunesse de nos populations, en quête légitime d’emplois, d’éducation et de meilleure santé.

Cette combinaison de facteurs aux conséquences incalculables pour les pays de la sous-région, risque d’absorber les dividendes de la paix, d’inverser les gains acquis par le développement dans les pays et, surtout, anéantir les progrès encourageants en matière de développement humain des pays qui émergent à peine de conflits.

Excellence, Monsieur le Ministre

Vous conviendrez avec moi, de la pertinence du thème qui nous réunit aujourd’hui à savoir : « Quel Partenariat pour un développement durable et inclusif ». A ce titre, je voudrais partager la recommandation du communiqué issu de la Première réunion de haut niveau du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement tenue le 3 mars 2014 intitulé : Œuvrer à l’élaboration d’un Programme de développement inclusif pour l’après-2015 ; je cite « le Partenariat mondial s'appuie de façon importante, sur un changement de paradigme transformateur de l'efficacité de l'aide à la coopération efficace au service du développement, destiné à activer l'impact général à long terme du développement d’une dépendance renforcée vis-à-vis de la mobilisation des ressources intérieures et l’optimisation systématique de l'aide et d’autres ressources apportées par toutes les parties prenantes dans les domaines publics et privés, à tous les niveaux, en faveur du développement ».

En effet, la crise que traverse la région ne peut être jugulée que par l’intervention active de plusieurs partenaires. Étant donné ses multiples ramifications, cette crise doit impérativement être traitée sous toutes ses dimensions politique, démographique, sanitaire, sécuritaire, alimentaire et nutritionnelle tout en favorisant le développement inclusif afin de réduire les inégalités et garantir la dignité humaine. C’est également le sens du message du Secrétait Général de l’ONU. Je cite : « J’invite les gouvernements et les particuliers à faire cause commune pour le bien de tous

Distingués invités ;
Malgré les progrès réalisés par les pays en matière de partenariat, en ces temps de crises multiples, l’économie mondiale n’offre pas les mêmes chances à tous.
C’est pourquoi nous devons aborder la problématique du Partenariat à un double niveau national et international. Au niveau de la coopération internationale, sans être exhaustif, on peut citer quelques exemples :
Le conflit armé au Nord du Mali, à l’origine déclenché par des mouvements séparatistes et islamistes, en est un exemple édifiant. En effet, sous la menace d’une désintégration des Etats de l’Afrique de l’Ouest avec ses corollaires, les Nations Unies, ainsi que les partenaires bilatéraux ont fait preuve d’un partenariat exemplaire, en termes de logistique, de ressources humaines, pour relever les défis afin d’estomper l’occupation physique et éviter ainsi une catastrophe humanitaire de plus pour l’Afrique de l’Ouest.

Dans le même esprit, la communauté internationale s’est mobilisée pour mener la riposte contre le virus EBOLA. Le Sénégal n’est pas en reste dans cette solidarité internationale en acceptant d’ouvrir le corridor aérien permettant d’apporter une assistance humanitaire aux trois pays affectés par la pandémie. La communauté internationale reste reconnaissante à cette marque d’engagement du Sénégal.
C’est ici l’occasion de remercier les partenaires techniques et financiers, traditionnels et non traditionnels pour leur engagement sans faille et leur solidarité.

Mesdames et Messieurs,

Vu la complexité des questions de développement, le partenariat inclusif devient une approche indispensable , gage de la réussite de l’émergence et de la stabilité nationale.
Il s’agit en effet d’un engagement soutenu de l’Etat, du secteur privé, de la Société Civile, des organisations non gouvernementales, des organisations des femmes et des Jeunes. Des progrès remarquables ont été enregistrés, à travers ce partenariat, dans la promotion de la gouvernance, des droits humains et de la consolidation de la démocratie.

Permettez-moi, Monsieur Le Ministre, à ce stade de mon propos, d’insister sur un partenaire stratégique que constituent les femmes et les jeunes. En effet, La population sénégalaise est composée en décembre 2013, de 49,9% d'hommes contre 50,1% de femmes, selon un résumé du rapport définitif du Recensement général de la population, de l'habitat, de l'agriculture et de l’élevage. Leur rôle prépondérant dans la recherche de la paix, dans la lutte contre la pauvreté ne saurait par conséquent être occulté. C’est la raison pour laquelle les agences des Nations Unies en partenariat avec les institutions financières se sont engagées pour la promotion de l’autonomisation économique des femmes. J’appelle l’ensemble des acteurs du développement à se mobiliser pour faire de l’implication des femmes une priorité.
Les jeunes représentent quant à eux plus de 50 % de la population. Il y a là un fort dividende démographique permettant d’accélérer la croissance économique du pays, à condition de prendre les actions appropriées en leur faveur.

Distingués invités

Vous conviendrez avec moi que dans un monde toujours plus globalisé et interconnecté et en pleine mutation, les performances économiques des Pays dépendent en grande partie de la densité du Secteur Privé. C’est pourquoi le Système des Nations Unies admet que la plupart des défis planétaires en matière de développement peuvent être surmontés grâce à une croissance économique dynamique, inclusive entraînée par des entreprises privées.
C’est dans ce contexte de partenariat que le Sénégal a privilégié dans la recherche d’investisseurs le partenariat public privé pour la mise en œuvre du Plan Senegal Emergent (PSE).
Par ailleurs, d’autres partenariats pour le développement peuvent être cités, notamment avec les académiciens, les centres de recherche et les universitaires pour faire avancer la réflexion sur les enjeux et défis d’intérêt commun, ainsi qu’avec les médias, les artistes et communicateurs pour porter les messages clés et les valeurs universelles auprès des communautés.
Mesdames et Messieurs,
Distingues invités ;
Je voudrais également me réjouir et saluer la présence des exposants, surtout les femmes, venues des régions pour partager avec nous leur savoir-faire, dans les domaines de la transformation des produits agricoles, des produits innovants pour l’adaptation au changement climatique, que nous aurons l’occasion d’apprécier après cette cérémonie. J’associe dans mes remerciements les élèves des différents établissements, aux volontaires de la Croix Rouge sénégalaise, venus nombreux commémorer avec nous cet évènement, ainsi que les troupes théâtrales et artistiques.
Enfin, je voudrais partager la réflexion du SG de l’ONU dans son message, je cite «Engageons-nous à nouveau, en ce moment décisif, à rendre les marginalisés et les vulnérables maîtres de leur avenir ».
Je vous remercie de votre aimable attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Sénégal 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe