Conférence ministérielle africaine 2015 sur la propriété intellectuelle au service d’une Afrique émergente - Allocution de Mme F Bintou Djibo

3 nov. 2015

Ø Excellence Monsieur le Président de la République du Sénégal,

Ø Excellence Madame la Présidente de la République de Maurice,

Ø Excellence Madame la Présidente de la Commission de l’Union Africaine,

Ø Monsieur le Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle,

Ø Monsieur le Représentant de l’Office des Brevets du Japon,

Ø Mesdames et Messieurs les Ministres,

Ø Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques,

Ø Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales et Agences de Coopération,

Ø Honorables invités, Mesdames, Messieurs,

Je me réjouis de prendre la parole, au nom du Système des Nations Unies, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la Conférence ministérielle africaine 2015 sur la propriété intellectuelle au service d’une Afrique émergente.


Il me plait en particulier de saluer la présence parmi nous de Son Excellence Monsieur Macky SALL, Présidente de la République du Sénégal, dont le parrainage de la cérémonie témoigne de l’intérêt qu’il accorde à la question de la création intellectuelle et de l’émergence de l’Afrique.


Votre vision de l’émergence,  Monsieur le Président de la République, s’est traduite à travers le Plan Sénégal Emergent référentiel de développement de votre pays dont les résultats sont tangibles en si peu de temps.

Je salue également la présence parmi nous de Son Excellence Madame Ameenah GURIB-FAKIM, Présidente de la République de Maurice, dont le pays est un cas de réussite emblématique en Afrique, avec une économie très diversifiée.


Aussi, voudrais-je remercier les différentes Délégations Ministérielles et les Responsables des Organisations Internationales qui ont bien voulu honorer l’invitation conjointe du Système des Nations Unies et du Gouvernement du Sénégal, ainsi que tous les experts présents ici pour enrichir les débats qui seront effectués au cours de la Conférence.


Permettez-moi également de remercier l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle pour avoir initié cette importante Conférence qui vient à point nommé.


Excellence Monsieur le Président de la République,

Distingués invités, Mesdames, Messieurs,


La Conférence se tient au moment où la communauté internationale vient d’endosser l’agenda de développement de l’après 2015, avec l’adoption des Objectifs de Développement Durable (ODD) qui consacrent une large part à l’innovation.


En effet, l’Objectif 9 vise explicitement à « Mettre en place une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation », à travers notamment un doublement de la contribution de l’industrie à l’emploi et au produit intérieur brut dans les pays les moins avancés et un recours accru aux technologies.

Toujours dans le cadre de cet Objectif, il est envisagé de renforcer la recherche scientifique, notamment en encourageant l’innovation et en augmentant considérablement le nombre de personnes travaillant dans le secteur de la recherche et du développement. En même temps, il est préconisé l’accroissement des dépenses publiques et privées consacrées à la recherche et au développement d’ici à 2030.


Cependant, la mise en œuvre des ODD, en même temps qu’elle est exigeante en matière de mobilisation de ressources et de partenariats, implique la formulation de stratégies nationales appropriées.


A cet effet, j’invite les pays africains à tirer meilleur parti de l’expérience des pays émergents d’Asie de l’Est et des partenaires au développement, pour l’identification des stratégies idoines dans le cadre du suivi des ODD.


Excellence Monsieur le Président de la République,

Chers invités, Mesdames, Messieurs,


La Conférence qui nous réunit aujourd’hui est naturellement l’occasion privilégiée de situer la place que doit occuper la propriété intellectuelle dans le processus de transformation structurelle et d’émergence des économies africaines.


La réflexion sur la contribution de la propriété intellectuelle au développement des pays africains est importante à plus d’un titre. Outre le fait que la propriété intellectuelle a été le point de départ de toutes les révolutions industrielles, c’est elle qui consolide les bases de l’économie et l’expose moins à la détérioration des termes de l’échange.


Il importe donc de situer la propriété intellectuelle au centre de l’économie et en faire l’un de ses fondements. C’est l’approche des pays de l’Europe occidentale, celle des Etats-Unis, du Japon et aujourd’hui celle des pays émergents d’Amérique du Sud et d’Asie.


La nécessité d’intégrer la propriété intellectuelle dans les politiques et programmes de développement des pays africains, déjà débattue à Dakar, en novembre 2008 lors de la Conférence internationale sur la propriété intellectuelle et le développement économique et social, reste donc encore d’actualité dans le contexte actuel où beaucoup de nos pays sont candidats à l’émergence économique.

A cet égard, la Conférence sur l’émergence de l’Afrique, organisée par le Gouvernement ivoirien en mars dernier à Abidjan a recommandé que les pays candidats à l’émergence mettent en œuvre les mesures visant à réaliser une croissance économique forte et soutenable, durable, diversifiée, à forte valeur ajoutée, centrée sur les êtres humains et faisant une bonne utilisation de la technologie et de l’innovation.


Excellence Monsieur le Président de la République,

Chers invités, Mesdames, Messieurs,


L’existence de la propriété intellectuelle en elle-même n’a pas d’impact réel sur une situation économique donnée. Il faut un environnement favorable pour que la propriété intellectuelle puisse jouer un rôle de catalyseur et favoriser ainsi l’innovation et la créativité.


En effet, l’innovation devrait être au service du développement notamment de l’agriculture, de la recherche scientifique,  la promotion de l’industrialisation pour une économie durable en Afrique

                                

En ce qui concerne l’environnement économique, force est de constater que l’activité des pays africains repose pour l’essentiel sur l’exportation brute des matières premières et des produits semi transformés, qui constitue 80% des exportations de l’Afrique en 2011, contre 40% en Inde et 14% en Chine.


Ainsi, les gains de productivité induits par les changements structurels dans un certain nombre de pays africains dans les années 2000, à la faveur notamment d’une transformation locale des matières premières et d’un transfert de la main d’œuvre vers les secteurs les plus productifs.


En outre, la qualité des ressources humaines constitue un maillon essentiel de promotion de la propriété intellectuelle. A cet égard, l’Afrique présente des opportunités dans le cadre de l’exploitation du dividende démographique. En effet, la population africaine est majoritairement composée de jeunes qui constituent plus de 70% de la population active.


Aussi, la transition démographique amorcée en Afrique ne suffira pas, à elle seule, à mettre fin à la pauvreté. L’exploitation du dividende démographique nécessite des investissements stratégiques dans la santé, l'éducation, la politique économique et la gouvernance.


La démographie est donc une variable importante dans le processus d’émergence des pays africains. En particulier, la spectaculaire croissance économique des pays de l’Asie de l’Est est liée au fait qu’ils ont su saisir l’opportunité du dividende démographique.


Excellence Monsieur le Président de la République,

Chers invités, Mesdames, Messieurs,


Avant de terminer mon allocution, je voudrai souligner l’importance des réflexions qui seront abordées au cours de cette Conférence dans le cadre du processus d’émergence des pays Africains. A cet effet, je ne doute point de la qualité des débats et de la portée des recommandations qui en seront issues, compte tenu de la qualité et de la diversité des participants.


D’ores et déjà, je vous exprime la disponibilité du Système des Nations Unies à accompagner le processus de mise en œuvre des recommandations de la Conférence.


Je vous souhaite plein succès dans vos travaux. 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Sénégal 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe