Atelier régional sur les ODD et l'Agenda 2063 pour une croissance inclusive en Afrique

21 juin 2016

(King Fahd Palace, Dakar, 21 et 22 juin 2016)

Allocution de M. Mathieu CIOWELA, Directeur Pays du PNUD Sénégal

 

Monsieur le Ministre délégué auprès du Ministre de l'Economie, des Finances et du Plan, chargé du Budget,

Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République du Kazakhstan,

Monsieur le Commissaire aux affaires économiques de la Commission de l’Union Africaine,

Madame la Coordonnatrice Résidente du Système des Nations Unies et Représentante Résidente du PNUD en Guinée Equatoriale,

Monsieur l’Economiste en Chef du Bureau Régional Afrique du PNUD,

Monsieur le Conseiller Spécial, Economiste en Chef du Cabinet du Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales,

Mesdames et Messieurs les Représentants des pays invités,

Chers Invités, Mesdames, Messieurs,

 

Je me réjouis de prendre la parole à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier régional sur l’intégration du Programme de développement durable à l’horizon 2030 (ODD) et de l’Agenda 2063 dans les plans et stratégies de développement national en Afrique de l’Ouest et du Centre, organisé par le Bureau régional Afrique du PNUD, en collaboration avec la République du Kazakhstan et la Commission de l’Union Africaine.

Je tiens en particulier, au nom de Monsieur Abdoulaye Mar DIEYE, Directeur du Bureau Régional Afrique du PNUD, de Madame Bintou DJIBO, Coordonnateur Résident et Représentant Résident du PNUD au Sénégal, et à mon nom propre, à vous remercier tous, pour avoir répondu à notre invitation à participer à cet atelier de partage auquel nous attachons un intérêt particulier.

Permettez-moi également de remercier le Gouvernement du Sénégal, et en particulier Monsieur Birama MANGARA, Ministre délégué auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, chargé du Budget, pour avoir rehaussé par sa présence l’éclat de la cérémonie.

Aussi, voudrais-je saluer la présence parmi nous de Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République du Kazakhstan, et remercier le Gouvernement du Kazakhstan pour l’appui financier apporté au PNUD et l’intérêt qu’il accorde à la réalisation de l’agenda 2030 en Afrique.

Par ailleurs, j’exprime la gratitude du PNUD à l’endroit de la Commission de l’Union Africaine dont le partenariat avec le PNUD trouve écho à travers l’organisation de cet atelier régional qui nous permettra notamment d’échanger sur l’agenda 2063 de l’Afrique.

Je voudrais enfin souhaiter la bienvenue et un bon séjour au Sénégal à toutes les délégations venues de l’extérieur.

 

Mesdames et Messieurs, Chers invités,

Après les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui ont accompagné la période de 2000 à 2015, la communauté internationale vient d’adopter les Objectifs de développement durable (ODD) qui devront guider l’agenda de développement au cours des quinze prochaines années.

L’année 2015 a constitué un tournant dans l’agenda international de développement avec, outre l’adoption de l’agenda 2030, la conclusion de l’accord de Paris sur le changement climatique, le cadre d’action de Sendaï sur la réduction des risques de catastrophe, ainsi que le plan d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement.

Mesdames et Messieurs, Chers invités,

L’adoption de l’agenda 2030 offre une opportunité à travers le parachèvement de l’agenda inachevé des OMD, mais également la prise en compte simultanée des dimensions économiques, sociales et environnementales, pour l’avènement d’un monde plus équitable et durable qui, incarne l’avenir que nous voulons.

L’atelier qui nous réunit intervient donc à point nommé, au moment où beaucoup de pays représentés ici sont entrain de formuler leurs politiques et stratégies nationales de développement et que certains sont engagés dans la mise en œuvre de leur plan d’émergence économique et sociale. D’où la nécessité pour les pays d’assurer l’intégration de l’agenda 2030 dans les politiques et stratégies nationales de développement.

A cet effet, permettez-moi de partager avec vous quelques principes de base qui me paraissent essentiels pour la réussite de cette  démarche :

Premièrement, l’affirmation d’une forte appropriation nationale et d’un leadership sur l’agenda 2030 est importante. Dans ce cadre, je constate avec satisfaction que nous sommes sur la bonne voie avec plusieurs pays qui ont d’ores et déjà engagé le processus d’intégration des ODD dans les politiques et stratégies nationales de développement. Le Plan Sénégal Emergent (PSE), à titre d’exemple, en consacrant la transformation structurelle de l’économie comme l’un de ses trois axes, est parfaitement aligné sur la vision de l’agenda 2030.

Deuxièmement, la mise en œuvre des ODD requiert l’adoption d’une approche multisectorielle. Les obstacles liés à la réalisation d’un objectif peuvent avoir des impacts négatifs sur les autres. A cet effet, les interrelations entre les différents objectifs devraient être analysées avec une attention soutenue.

Troisièmement, il est nécessaire d’avoir de larges coalitions autour des ODD. L’engagement des Gouvernements est certes nécessaire, mais il est en soi insuffisant. La mise en œuvre des ODD est une tâche ardue qui requiert aussi bien le leadership du Gouvernement que la participation soutenue des différents acteurs, notamment les organisations de la société civile, le secteur privé et les partenaires techniques et financiers.

Quatrièmement, financer cet agenda nécessite des ressources qui vont bien au-delà de ce que l’APD peut fournir. Aussi, le plan d’action d’Addis-Abeba engage-t-il les États Membres des Nations Unies à renforcer la mobilisation des ressources internes, par le biais notamment d’un élargissement de l’espace budgétaire, d’un traitement approprié des flux financiers illicites, de la promotion de mécanismes financiers innovants tels que les obligations souveraines et les fonds de la diaspora. Cependant, l’APD restera importante particulièrement pour les pays les plus pauvres et les plus vulnérables ; de même, les pays à revenu intermédiaire qui font face aux crises auront besoin d’un appui spécifique.

Cinquièmement, la production et le partage des connaissances et des technologies constituent un catalyseur pour l’atteinte des ODD. Chaque pays a certainement une expérience probante à partager, tout comme il a quelque chose à apprendre des autres. La coopération sud-sud et triangulaire joue un rôle de plus en plus important dans la promotion du développement et sera à n’en point douter d’un grand apport pour l’atteinte des ODD.

 

Mesdames et Messieurs, Chers invités,

Le processus de suivi des ODD et de l’agenda 2063 de l’Union africaine est important à plus d’un titre, en ce qu’ils donnent une impulsion au processus de transformation de l’Afrique.

Leur réalisation passe par un véritable changement de paradigme des Etats, à travers une intégration et une cohérence dans les politiques et actions de développement. Il est véritablement souhaité qu’ils soient la base de la stratégie nationale de développement dans chaque pays.

A cet égard, je vous exhorte à accorder une attention soutenue au cours de vos réflexions aux mesures devant nous permettre de relever les défis de leur mise en œuvre.

Je suis confiant quant à la pertinence des conclusions de vos travaux et vous assure de la disponibilité du PNUD à appuyer les différents pays dans leurs efforts d’intégration et de suivi des ODD.  A cet effet, l’approche Mainstreaming Acceleration Policy Support (MAPS)  développée par le Groupe de développement des Nations Unies,  sera présentée au cours des travaux.

En outre,  le PNUD tiendra compte dans ses appuis des situations spécifiques des pays fragiles et post conflits, par l’adoption d’une approche visant le renforcement de la résilience des communautés, en adressant à la fois les questions humanitaires et celles de développement.

Par ailleurs, le PNUD maintiendra la dynamique en cours avec l’Union Africaine, les Gouvernements, les Organisations de la société civile, ainsi que les partenaires techniques et financiers et le secteur privé, pour relever ensemble le défi lié à la mise en œuvre et au suivi de l’agenda 2030 en Afrique.

 

Je vous souhaite des travaux fructueux et vous remercie pour votre disponibilité.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Sénégal 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe