Repenser la lutte contre la corruption

11 déc. 2017

Journée internationale de lutte contre la corruption
Thème : Repenser la lutte contre la corruption au Sénégal

Allocution de Madame Claudette Hakizimana, Directrice ajointe
représentant le Directeur Pays du PNUD

 

Monsieur le Vice-Président de l’OFNAC de l’Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC)

Honorables Députés et Membres du Conseil Economique Social et Environnemental

Mesdames et Messieurs les membres de l’OFNAC

Mesdames, Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers

Mesdames, Messieurs les Directeurs nationaux et Chefs de service

Mesdames, Messieurs, acteurs du secteur privé

Mesdames, Messieurs, membres du secteur privé

Mesdames, Messieurs les acteurs des médias

Chers participants, distingués invités

 

Je voudrais, au nom du Programme des Nations Unies pour le développement, remercier l’OFNAC, d’avoir associé notre institution, à la réalisation des activités de la présente quinzaine de lutte contre la corruption, marquée par la tenue de différentes activités pour commémorer l’édition 2017 de la Journée Internationale de Lutte contre la Corruption.

Permettez-moi, à ce titre, également, d’adresser mes remerciements à tous les acteurs ici présents, qui nous offrent aujourd’hui cette merveilleuse plateforme d’informations, de partage et de dialogue.

 

Mesdames, Messieurs, Chers participants

A travers le monde, l’Agenda 2030 reste aujourd’hui le meilleur outil de la communauté internationale pour construire un monde de prospérité, de paix et de développement pour tous.

Les 17 Objectifs de Développement Durable (ODDs) sont dans cette perspective, l’expression d’une vision partagée, globale et transformative pour changer le monde et améliorer le bien-être de toutes les populations.

Il est heureux que la rencontre d’aujourd’hui dont le thème est « Repenser la lutte contre la corruption au Sénégal » soit bâtie autour du changement et de l’’innovation.

 

Mesdames, Messieurs chers participants,

L’Edition 2017 de la Journée Internationale de la Corruption devrait ainsi, avec la participation de tous, susciter le besoin d’une appropriation de nouvelles approches et stratégies pour repenser la lutte contre la corruption.  

La question de l’innovation dans les stratégies de lutte contre la corruption revêt une importance particulière pour le PNUD. En tant que réseau de développement mondial concourant à la promotion de la bonne gouvernance, le PNUD reste préoccupé par les déperditions causées par la corruption au niveau économique et financier.

Le G20 estime que « 90 000 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures sont nécessaires entre 2015 et 2030 pour soutenir la croissance et le développement à l'échelle mondiale. Pour protéger cet investissement, l'impact destructeur de la corruption ne doit pas être ignoré. Une contribution pleine et entière des secteurs publics et privés aux efforts mondiaux de lutte contre la corruption est donc nécessaire ».

Dans ses dimensions économiques, sociales et politiques, la corruption détruit le tissu social de nos communautés, affaiblit la primauté du droit et érode également, la qualité de vie des populations. Elle permet au crime organisé, au terrorisme et à l'extrémisme violent de s'épanouir. Elle peut également violer la jouissance des droits de l'homme, en touchant en particulier les segments les plus pauvres de la société qui souffrent ainsi, de manière disproportionnée, de ses conséquences. Globalement, la corruption est un goulot d'étranglement majeur pour le développement, les droits de l'homme, la paix et la sécurité.

C’est pour toutes ces raisons que le PNUD ne ménage aucun effort aux côtés du gouvernement, aux côtés de l’OFNAC pour faire de la lutte contre la corruption une priorité, matérialisée par la mise en place du Programme de Renforcement de l’OFNAC.

 

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Sous le sceau des objectifs de développement durable, notamment l'objectif 16,  la question de la lutte contre la corruption mérite une attention particulière.

Le document énonçant les ODD précise que la corruption, la fraude, le vol et l’évasion fiscale coûtent quelque 1,26 trillions de dollars par an aux pays en développement. Cette somme pourrait être utilisée pour aider ceux qui vivent avec moins de 1,25 $ par jour pendant au moins six ans.

Mon message vise à indiquer que la corruption n'est pas seulement importante pour atteindre l'Objectif 16, mais l’une des conditions pour accélérer les progrès vers la réalisation de l'ensemble des objectifs de développement durable auquel le Sénégal s’est engagé, y compris l'amélioration des services d'éducation, de santé d'eau, d’état civil.

 

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

La rencontre d’aujourd’hui, ainsi que les différentes actions prévues dans le cadre de la présente campagne de lutte contre la corruption vont, permettre de dessiner de nouvelles perspectives de pistes d’actions innovantes pour le Sénégal. C’est là tout le sens du panel organisé ce matin autour du thème de l’innovation. Il s’y ajoute celui permettant d’aborder la thématique du rôle du secteur privé dans la lutte contre la corruption.

Je voudrais ici dire que les deux thèmes à aborder constituent les mamelles sur lesquelles la stratégie nationale de lutte contre la corruption va s’appuyer.

Pourquoi ?

Parce que les innovations vont permettre d’aborder la question de la corruption sous l’angle du changement, sous l’angle d’un nouveau paradigme.

Pourquoi le secteur privé ?

La participation du secteur privé à la lutte contre la corruption est
primordiale car les programmes anti-corruption les plus
efficaces font participer le secteur privé aux réformes institutionnelles qui
encouragent les marchés compétitifs. Le monde
des affaires peut prendre des mesures positives en faisant progresser les réformes juridiques et réglementaires ainsi que la transparence. Le secteur privé peut également promouvoir une gouvernance d’entreprise améliorée.

 

Mesdames, Messieurs

Distingués invités,

Sur cette note d’espoir que je voudrais exhorter tous les acteurs ici présents à s’investir dans le combat repensé de la lutte contre la corruption au Sénégal.

Permettez-moi de saisir l’opportunité qui m’est ici offerte pour féliciter l’OFNAC pour son engagement soutenu et constant dans la lutte contre la fraude et la corruption et remercier tous les participants mobilisés autour du secteur.

 

Mesdames, Messieurs

Chers participants,

Je voudrais en cette journée, réitérer la disponibilité du Programme des Nations Unies pour le développement à accompagner le gouvernement et particulièrement l’OFNAC dans la réalisation de ses missions.

Avant de clore mon propos, je voudrais souhaiter à TOUS des échanges et discussions riches et partager avec vous le message de M António Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies :

« Nous ne pourrons atteindre les objectifs de développement durable d'ici à 2030 que si toutes les nations disposent d'institutions fortes, transparentes et inclusives, basées sur la règle de droit et soutenue par le public. »

 

Je vous remercie de votre bien aimable attention.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Sénégal 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe